Nour Sherif…une grande star s’est éteinte dans le monde arabe

Dans une insoutenable douleur, le 7eme art vient de perdre encore une autre de ses figures emblématiques en Egypte.
Après la disparition de Faten Hamama en janvier, puis celle d’Omar Sharif en juillet dernier, Nour Sherif vient de confirmer que l’année 2015 est des moins joyeuses pour le cinéma égyptien.

Après un long combat contre le cancer des poumons, le célèbre acteur s’est éteint ce 11 aout à l’hôpital Assafa du Caire, à l’âge de 69 ans.
Souffrant de problèmes de circulation sanguine au niveau des membres inférieurs, depuis le mois de janvier, Nour Sherif a auparavant, été admis dans l’un des hôpitaux de Londres.De retour en Égypte, son état de santé se détériore et il se retrouve, depuis un mois, cloué au lit.

Après avoir rendu l’âme, cette grande star du monde arabe a eu droit à des obsèques dans la ville du 6 Octobre, avec la présence d’une pléiade d’artistes et de personnalités.

Acteur fétiche du grand réalisateur Youssef Chahine, Nour Sherif a laissé derrière lui un inestimable héritage d’œuvres, avec plus de 170 films à son actif.

nour-cherif-deces-01

Retour sur son parcours…

De son vrai nom Mohamad Gaber Mohamad Abdallah, Nour Sherif est né dans le quartier populaire de Sayyidah Zaynab au Caire (Egypte), le 28 avril 1946.
Fils d’ouvrier, passionné par l’art depuis sa tendre enfance, il avait entamé des études à l’Institut supérieur des arts dramatiques du Caire, et y était majeur de sa promotion en 1967.
Avant d’embrasser sa grande carrière au cinéma, Nour Sherif s’était d’abord adonné au football et était membre de l’équipe junior du club de football de Zamalek.

nour-cherif-deces-02
Ceci-dit, il avait renoncé à sa passion pour le ballon rond afin de commencer à incarner une centaine de rôles, dans le théâtre comme dans le cinéma.
Il avait franchi un grand pas en 1967, lorsqu’il a été révélé dans Qasr el Shawk (Le Palais du désir), adaptation d’une trilogie de Najib Mahfouz.

Dans sa prolifique filmographie, l’on peut citer, également, Madinet al Samt (1973), Al Karnak (1975), Lastou Shaytanan wala Malakan (1980), La Mémoire (1982), Layla Sakhina (1986) ou encore, lorsqu’il a incarné le grand philosophe et théologien Averroès, dans «Le Destin» en 1997.

nour-cherif-deces-03

L’un de ses derniers longs métrages, est «Îmaret Yacoubian» (L’Immeuble Yacoubian, 2006) avec l’acteur Adel Imam.
Nour Sherif est aussi très connu à travers ses rôles joués dans plusieurs séries télévisées, dont «Haroun Arrachid», «Aylatalhaj Metwalli », «Omar Ibn Abdelaziz», «Al attarwasabaa banat», ou encore «Arafa Al Bahr».

Nour Sherif fut parmi les acteurs les plus célèbres de sa génération.Surnommé le «Chasseur de prix», il a remporté près de 50 prix nationaux et internationaux, notamment le Prix du Festival de New Delhi pour le film «Le chauffeur d’autobus», ainsi que trois prix pour «Ya rab touba».

nour-cherif-deces-poussy

L’acteur a également été connu pour son union avec l’actrice Poussi depuis 1972. Un couple exemplaire qui surprend tout le monde en éclatant en 2006.Ensemble ils ont eu deux filles, Sarah et Mai. Sarah, réalisatrice, a réussi à réunir de nouveau ses parents pour son mariage ainsi qu’à l’occasion d’un film.

Adieu Nour Sherif ! Une chose est sûre… sa disparition est une perte pour tout le monde arabe, et des générations futures évoqueront certainement son nom et l’innovation qu’il a introduit sur le grand et le petit écran.