New York Fashion Week : Coups de cœur et débrief

Le 6 septembre dernier, Tom Ford a inauguré la New York Fashion Week avec des silhouettes métallisées, avec des looks près du corps, très sensuels mais qui furent adoucies par un côté dolce vita, apporté par les accessoires. Le lendemain, Ralf Lauren n’a pas longtemps hésité à voler la vedette au petit homme d’affaire en fêtant le cinquantenaire de sa maison. Focus sur une fashion week spectaculaire.

Cet article pourrait vous intéresser : Décryptage : Les arts Majeurs au service de la mode

La folie de Jeremy Scott

Fidèle à son côté déluré, Jeremy Scott a présenté une collection colorée, très flashy et à la teinte nineties incontestable. Etant mixte, son défilé mettait sous le feu des projecteurs différents looks, tout droit sortis de notre imaginaire d’ex adolescent : de la reine du lycée en passant par l’anarcho-punk de service au bomber floqué de messages contestataires. Jeremy Scott, en mettant un point d’honneur à nos années lycée, a établi une transition entre l’attente de son public et son propre univers. En effet, la pièce maîtresse de son défilé est une robe simple, longue, aux sérigraphies personnelles mais la surprise est que justement les photos qu’on voit sont des photos d’archives de Jeremy Scott, de l’année 96.  Pop Culture, exacerbation de l’ego via des photos-polaroids et beaucoup de fluorescence, ce défilé spectaculaire, pour notre rétine, a presque étanché notre soif d’expérimentations fashion et de questionnements sur notre rapport à l’image, à notre image à l’heure du « selfie » compulsif.

Ces maisons qui prennent leurs marques

Chez Monse, on a encore une fois déconstruit les contours du genre pour élaborer une collection genderfluid, avec des matières souples et nobles. Idem chez le népalais Prabal Gurung où les couleurs flashy ont côtoyé les couleurs nationales du designer. Loin de lui l’idée d’américaniser ses pièces, Prabal a tenu a gardé son identité en allant jusqu’à choisir des mannequins qui refléteraient, via leurs traits, sa culture. Quant à Proenza Schouler, le maître-mot était la diversité : diversité morphologique, raciale et générationnel, Lazaro Hernandez et Jack McCollough, les deux pilotes de la maison, ont dépassé les frontières de la couture en prônant le discours « d’une mode pour tous ». Même son de cloche chez Sies Marjan où on a vu défiler plusieurs silhouettes, toutes authentiques et singulières. Toutefois, le label a joué la carte de la sobriété en misant sur une colorimétrie qui se décline en nude, noir, kaki et gris. Enfin, le retour de la maison Escada fut remarqué par la mise en exergue d’une femme active qui aime la vie, la croque à pleines dents via des tailleurs acidulés, des robes fluides et un make-up sophistiqué. Des valeurs sûres qui ne trompent jamais et qui ont permis à la maison d’assurer un come-back a priori timide mais qui, on y zoomant, ne manque pas de pep’s. Enfin, chez Coach, les femmes ont montré toute leur puissance en jouant/déjouant les codes de la féminité. Randonneuse, aventurière, gamine qui s’assume ou femme fatale, tous les profils ont été mis à l’honneur l’instant d’un défilé tendancieux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

MONSE SPRING ‘19 #monsegirl #monseguy | via @crfashionbook

Une publication partagée par MONSE (@monsemaison) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

MONSE SPRING ‘19 #monsegirl #monseguy

Une publication partagée par MONSE (@monsemaison) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

AMBER SS19 New York, New York. #proenzaschouler #ss19 #nyfw

Une publication partagée par Proenza Schouler (@proenzaschouler) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

GEMMA SS19 New York, New York. #proenzaschouler #ss19 #nyfw

Une publication partagée par Proenza Schouler (@proenzaschouler) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Spring ‘19 Styled @_mariechaix_ Hair @duffy_duffy Makeup @thomasdekluyver Casting @bitton @establishmentny Production @kcdworldwide

Une publication partagée par Sies Marjan (@siesmarjan) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Watch the highlights from the #EscadaSS19Show at the Park Avenue Armory featuring @JoanSmalls. #escadaofficial

Une publication partagée par ESCADA (@escadaofficial) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Look who showed up backstage and on select pieces in the #CoachSS19 runway collection. @Disney @DisneyStyle #DisneyxCoach #CoachNY #NYFW

Une publication partagée par Coach (@coach) le

The Graduate versus Les Dents de la mer

L’ambiance était plus aquatique chez Calvin Klein. Dirigée par l’allemand Raf Simons depuis 2016, la maison a regagné ses lettres de noblesses par le biais de défilés qui mixaient entre tendances actuelles et pop culture. Cette collection, comme ses prédécesseurs, n’a pas dérogé à cette règle « simonsienne ». En effet, le créateur a rendu successivement hommage aux cultissime Dents de la mer en choisissant des t-shirts à l’effigie de la saga de Spielberg, des coiffures « mouillées » et des jupes lacérées, presque « griffées » par la Bête avant de faire défiler les lauréats de The Graduate en toge. Alors, l’étudiant modèle serait-il à la mode ? Ou est-ce que le weirdo qu’on a vu chez Vaquera lui piquerait sa place ? Pour l’heure on note les connexions et ce, dans la quasi-totalité des défilés entre le cinéma voire certaines séries télévisées –American Horror Story Asylum chez Vaquera- et la mode.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Is the humble mortarboard the next status hat? @calvinklein and @vaquera.nyc seem to think so! Link in bio.

Une publication partagée par GARAGE Magazine (@garage_magazine) le

Le match Marc Jacobs/Rihanna

Pour clore ce volet « Fashion week new-yorkaise », on appelle le maximalisme de Marc Jacobs et la sensualité de Rihanna.

Défilé fastueux, ponctué de touches de plumes et de fraises XXL, le cool kid des nineties a bel et bien rompu avec son adolescence puisqu’il nous a invité à découvrir des pièces luxuriantes qui rappelaient, étrangement, le faste de la Cour d’un Louis XIV. Brillance, surbrillance, robes inatteignables, costumes retravaillés, ultra-grands portés par des beautés androgynes à la silhouette XXS et des souliers en « vair » bref, chez Marc Jacobs, le défilé de mode de mue en une prestation spectaculaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Details of Marc Jacobs Spring 2019 ✨ #MJSS19

Une publication partagée par Marc Jacobs (@marcjacobs) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

✨ Marc Jacobs Spring 2019 ✨ #MJSS19

Une publication partagée par Marc Jacobs (@marcjacobs) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#MJSS19 🔍

Une publication partagée par Marc Jacobs (@marcjacobs) le

Changement de décor chez Rihanna qui, à défaut d’habiller sa compagnie, l’a déshabillée. On trouve justement au sein de cette compagnie les sœurs Hadid, légèrement vêtue des pièces Savage X Fenty, prenant la pose avec la reine de la soirée Rihanna. Le petit plus ? Cette collection se décline en différentes tailles tout en faisant la part belle aux jolies popotins rebondies.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#SavageXFW18 just dropped! Head over to the site NOW to get the looks 25% OFF for the next 24 hours! ❎ @badgalriri

Une publication partagée par SAVAGE X FENTY BY RIHANNA (@savagexfenty) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Still SHOOK! 🙌 | What was your fave look ?? #SavageXFW18 ✨cc: @gettyimages

Une publication partagée par SAVAGE X FENTY BY RIHANNA (@savagexfenty) le

Et bien voilà, on remballe son matos. Direction Londres pour une Fashion Week plus que jamais engagée pour la cause animale.