News mode : Tout ce qu’on sait sur la FW New-Yorkaise !

new-yorkaise

Cela fait quelques saisons que la Fashion Week et a fortiori, la Fashion Week new-yorkaise est sens dessus-dessous ! Cette saison aussi, hors de question de déroger à la règle du « chamboulement » puisqu’entre les départs, les « revivals » et les différentes prises de positions contre le harcèlement au sein de l’industrie de la mode, les défilés risquent d’être mouvementés.

136 défilés !

C’est en effet ce à quoi on aura droit cette saison, à New-York. La Grosse Pomme a fait fusionner Fashion Week menswear et womenswear pour donner plus de visibilité à la mode masculine. De plus, la plupart des défilés seront mixtes afin de confirmer la nouvelle règle du catwalk : la fluidité des genres.

L’autre fait majeur concerne Tommy Hilfiger ou la star de la mode outre-Atlantique ! Cette fois, et après Londres, le génie de la comm’ s’envolera pour Milan. Au menu ? Un décor toujours aussi surprenant et des pièces tendances, de quoi ravir plus d’une « Hilfiger Girl ». Ce départ sera tout de suite comblé par le retour de… Kanye West ! Yeezy reviendra avec une saison qui sent bon le scandale, comme un retour aux « archives » et autres tabloïds dédiés à Kim Kardashian, affaire à suivre…

Alexander Wang quitte le bercail

Puisque le jeune prodige des « After Partys » signera sa dernière collection new-yorkaise. Après Proenza Schouler, Rodarte ou encore Lacoste, Alexander Wang narguera le calendrier officiel en défilant aux mois de décembre et de juin. Il s’inscrit ainsi dans la lignée des amateurs du See Now Buy Now pour plus de « fluidité », un terme employé par une journaliste du Grazia Français.

La fin du harcèlement dans le milieu de la mode ?

C’est ce que souhaiterait Diane Von Furstenberg, présidente du syndicat du conseil des créateurs de mode américains (CFDA).  « Nous avons une tolérance zéro pour les environnements dangereux, et encourageons fortement tout le monde dans notre industrie à signaler tout abus dans le cadre de son travail » a-t-elle souligné, mettant ainsi à nu les coulisses des défilés. La créatrice de mode a de ce fait fait allusion au mouvement #MeToo qui a ébranlé le monde du show-business mais n’a pas pour autant oublié que les mannequins, souvent fragiles car recrutées très jeunes, sont en proie à des « prédateurs » du calibre de Mario Testino ou Terry Richardson.  On espère que la parole des mannequins mais aussi des « travailleuses » de l’ombre sera enfin libérée ET entendue.

La Fashion Week new-yorkaise a commencé ce lundi et se poursuivra jusqu’au 15 février prochain.