Où en est le commerçant tunisien pour la présentation de ses vitrines?

A tous les coins de rue, à Paris ou à New York, les vitrines offrent des spectacles attrayants, nourris par la concurrence créative des commerçants.

Il est difficile de ne pas se retourner et même s’arrêter en passant devant celles de Louis Vuitton, Hermès ou même d’une simple marque de prêt à porter.

Mais qu’en est-il des devantures des magasins tunisiens ?

En Occident

Pendant les fêtes, les magasins se parent de leurs plus belles décorations. Un sapin et une ambiance de neige à Noël, des citrouilles à Halloween, des œufs peints à Pâques…

vitrine_lux3

Les commerçants n’épargnent ni temps ni moyens pour séduire la clientèle et l’inciter à entrer dans leur magasin. Et ce à juste raison, la vitrine étant l’élément de communication numéro 1 qui permet de se différencier, de capter le regard du client et de retenir son attention.

vitrine_lux8vitrine_lux7

Cette technique de commercialisation est apparue entre 1837 et 1839. Avec la construction des premiers trottoirs, les devantures ont remplacé les étals encombrants des échoppes en Europe.

Après l’avènement de l’électricité et de l’industialisation de la vitre, le souci esthétique et le sens publicitaire ont commencé à prendre sens. 

vitrine_lux11

vitrine_lux10 vitrine_lux12

En 1925, les Galeries Lafayette font de leurs vitrines un théâtre de Noël. Une première devenue une tradition centenaire. Ses conceptions attirent, chaque année, l’attention de plusieurs fortunés. Ces derniers tentent de mettre la main dessus, malgré le refus obstiné des responsables.

vitrine_lux13

En Tunisie

Sur le plan local, outre les franchises, l’intérêt porté aux décorations des vitrines en est encore aux balbutiements. Des erreurs de présentation et des fautes de goûts sont encore communément commises.

  • Le trop plein : le commerçant veut tout exposer. Perdu, le client fuit devant ce stockage anarchique.
  • Le manque de cohérence : certains commerçants oublient de coordonner le contenu de la vitrine avec celui de l’intérieur du magasin. Si l’objectif est d’attirer le client, en pénétrant, ce dernier est déçu de découvrir une exposition de produits autres.
  • Le détournement de l’objectif : l’intérêt semble plus porté sur l’agencement que sur les articles. L’attention du client est plus centrée sur les supports que sur les produits. Les meubles doivent être minimalistes ou se faire discrets à travers leur couleur.
  • L’ennui : passés quelques jours, un décor n’est plus aussi attractif. La durée de vie d’une vitrine varie selon le thème et la fréquentation des clients. Ils seront toujours contents de découvrir tous les 15 jours, une nouvelle atmosphère chez la boulangerie ou la pharmacie du coin.
  • Le trop plein de couleurs: L’oeil du client en devient excité et gêné. Selon certains grands décorateurs, le mélange ‘’noir et blanc’’ présente plusieurs possibilités d’agencement avec un jeu de reliefs et de profondeurs. La formule « ton sur ton » offre également un arrière plan neutre qui met le produit en valeur.
  • Les luminaires. L’éclairage en provenance du plafond écrase le décor. Venant du bas, la lumière élève la présentation et permet de comprendre, facilement, le message transmis.

La décoration des vitrines est devenue nécessaire. C’est aujourd’hui un métier à part entière. Le commerçant peut se faire aider par un designer ou, plus précisément, un étalagiste qui mettra en avant sa marchandise.

Toutes les idées sont bonnes, il faut juste adapter la décoration à l’espace, à la période, au produit…et surtout, rectifier les faux pas.

Néanmoins, le défi a était relevé par quelques boutiques entre autres Squar 5. On vous laisse découvrir leurs vitrines.

vitrine_tunis1 vitrine_tunis7

vitrine_tunis8

vitrine_tunis2 vitrine_tunis3

vitrine_tunis6

vitrine_tunis4 vitrine_tunis5