People sphère: Katy Perry en mode « pop star maboul » ?

C’est pendant son live-stream, stratégie marketing d’un nouveau genre pour la promotion de Witness que Katheryn Hudson alias Katy Perry a craqué.

Si la starlette a décidé de couper sa chevelure de Barbie Girl, de troquer les tenues « girly » de ses débuts pour une virée mode psychédélique, le succès de tous ces changements (reflet d’une instabilité identitaire, diront certains spécialistes), n’arrivent plus à étouffer le gros coup de blues de cette femme-caméléon. Effondrée, victime d’une success story ingérable, Katy a fini par craquer. Son pire cauchemar, c’est sa propre image de démone  « J’ai crée ce personnage appelé Katy Perry. Je ne voulais pas être Katheryn Hudson. C’était trop effrayant. » dixit la jeune trentenaire.

Cet article pourrait vous intéresser : Scoop: l’expérience artistique hors pair de Katy Perry !

Mais comment Katy est-elle arrivée là ?

Déception(s) amoureuse(s) (elle a encaissé le choc de son divorce avec Brandon Russell sans piper mot), des amitiés tumultueuses (pourrait-on un jour oublier le chapitre Katy VS Taylor Swift ?), des déboires de toutes sortes, s’ajoute à tout ce bazar émotionnel une éducation très corsetée, tout cela a fini par éclabousser Katy, une people pas si invincible qu’on ne le croyait.

La promotion de son album a donc basculé en un cabinet de psy, sous le regard mi-apitoyé mi-ahuri de ses fans.

Une rédac’ mitigée

Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de se demander si tout cela n’est pas une mascarade pour attendrir le cœur de ses admirateurs, les mea culpa étant « à la mode » chez nos amis people (kikou Miley Cyrus). Suivie par des millions de « disciple », la Perry Mania ne va certainement pas s’essouffler en si bon chemin. Avec plus de 81 millions d’albums vendus rien qu’en 2009, des apparitions médiatiques aussi controversées que « bankable », la Drama Queen pourrait aisément prendre sa retraite.

Burn-out ? Envie de tout claquer pour refaire UNE BONNE FOIS POUR TOUTES sa vie ? Ou simple envie de prendre des vacances « légitimées » ? On avoue qu’avec ces « starlettes », la rédac ne sait plus où donner de la tête !