Pierre Bergé, l’alter ego d’Yves Saint Laurent, n’est plus…

Un couple emblématique

Yves Saint-Laurent avait le talent, Pierre Bergé avait le sens des affaires. Les deux hommes, amoureux et associés dans la vie ont érigé un empire, la Maison Yves-Saint Laurent. Bourgeois amoureux d’art, Pierre a tout de suite su que son rôle se réduirait au « mécénat ».

Compagnon protecteur, amoureux passionné, figure tutélaire doublée d’âme sœur, le nom de Pierre Bergé était corrélé à celui d’Yves et ce, même après la disparition du couturier.

1930 – 2017 © Serge Tanet

Une publication partagée par Pierre Bergé & Associés (@pierreberge_associes) le


« Si Chanel a libéré la femme, Saint Laurent lui a donné le pouvoir»

Dans ses moments de doutes, Yves trouvait Pierre. Même si dans les années 90, leur idylle battait de l’aile, ils n’ont jamais vécu l’un sans l’autre. Deux biopics, Yves-Saint Laurent et Saint-Laurent, signés respectivement Jalil Lespert et Bertrand Bonello, ont même été consacrés à la vie d’un couple où l’amour et le business ont fait bon ménage. Aujourd’hui, c’est à l’âge de 86 ans que Pierre Bergé s’éteint. Celui qui a édifié deux musées à son « fidèle ami » aura réussi à faire rayonner le règne Saint-Laurent, même avoir la mort de ce dernier.

Un monde. It means : bye bye Pierre, oh you moving tough guy. Rip #pierrebergé

Une publication partagée par SophieFontanel (@sophiefontanel) le


la fin d’une ère

Cet article pourrait vous intéresser : Yves Saint-Laurent le film

Un homme de cœur


Liberté, j’écris ton nom !

Engagé, Pierre Bergé s’est toujours battu pour l’égalité des droits des homosexuels. Pierre fonde Sidaction (une fondation qui, chaque année, récolte des fonds pour la recherche contre le Sida) en 1994 avant de créer –à perte- le magazine gay Têtu (pour lequel Olivier Rousteing a dernièrement posé). Protecteur, généreux quoique parfois « excessif » comme le disent ses proches, Pierre Bergé est aussi un érudit hors-pair. C’est d’ailleurs lui qui a initié Yves-Saint Laurent à l’intelligentsia de l’époque, façonnant ainsi son image. Aujourd’hui, ce sont bel et bien les jeunes qui ont trouvé en Pierre Bergé la figure de proue de leurs actions libertaires. Avant de tirer sa révérence, l’homme d’affaires a en effet pris en charge, via sa boîte Les Films de Pierre, la production de 120 Battements par minute, une œuvre philanthrope qui traite différemment le rapport des jeunes « d’aujourd’hui » avec ce fléau qu’est le sida. A découvrir en hommage à Pierre Bergé, cet homme qui « peut être dur avec les autres, mais est fidèle aux siens. »