Polémiques, révélations, pronostics:Le J+5 de Cannes 2014!

Cannes, un traditionnel renouveau! La 67e édition du grand événement cannois réunit cette année 105 films en compétition. « Vous êtes mon cinéma! », la réplique d’un Lambert Wilson, confiant et enthousiaste, a ouvert le bal le 14 mai dernier.

Entre la montée glamour des marches, la présence des grands noms du cinéma moderne et la diversité des films en compétition, le festival de Cannes est une tradition qui se surpasse d’année en année. Le choix d’une affiche très Dolce Vita donne le ton.

La messe cannoise célèbre les nouveaux noms du cinéma tout en rendant hommage à ceux qui ont marqué les esprits et crée les plus vives passions. La présence des nouvelles stars en vogue,  telle  le réalisateur canadien Xavier DOLAN et celle d’une des figures mythiques du grand écran Abel FERRARA révèle un attachement fidèle au passé et une volonté fougueuse de s’inscrire dans la postérité.
Avec un total de six catégories de films en compétition, la présidente du juré Jane CAMPION qui annonce une liberté totale accordée aux jurys de cette année, nous aurons beau stipuler et pronostiquer  la qualité et la richesse des longs et des courts métrages  rendent les prévisions presque impossibles ou au mieux, loufoques.

YSL versus DSK!
Néanmoins, deux films projetés ont déjà créé un tumulte de passions et de controverses. Le Saint-Laurent de Bertrand BONELLO rafle déjà les éloges des critiques. Présenté comme un « manifeste de l’esthétique », le deuxième Biopic du grand couturier est grandement acclamé depuis le 14 mai. Même journée, de YSL on se retrouve pris dans la grande controverse crée par le dernier FERRARA. Qualifié de grotesque, voire d’antisémite, la projection de la Biopic de Dominique Strauss-Kahn, « Welcome to New York » a perpétué la tradition des polémiques cannoises. Annoncé aujourd’hui, DSK compte entamer des procédures judiciaires à l’encontre de Abel FERRARA, et ce, pour diffamations. À à peine 5 jours de l’ouverture du festival, les critiques fusent et l’édition est tout sauf morne.


Une sélection aussi prestigieuse que diverse!

Outre les grands moments de discordes, on notera la présence du film de Jean-Luc GODARD, Adieu au langage en Sélection officielle, le dernier né de la sublime Asia ARGENTO, Incompresa dans la catégorie Un certain regard, mais aussi celle d’Olivier ASSAYAS, du très attendu Lost River d’un Ryan GOSLING qui passe derrière la caméra, ainsi que de l’épatant western The Homesman de Tommy Lee JONES, projeté le 18 mai et à qui on garantit déjà la récompense.