Problème de filles : Doit-on vraiment porter un soutif ?

Ça gratte, ça laisse des traces rouges et ses bretelles vous pourrissent l’existence, on parle bien sûr du soutif, le petit frère du corset. Bonjour la contrainte ! Mais s’il y a quelques décennies, porter un soutien-gorge était ce qu’il y avait de plus naturel au monde, aujourd’hui plusieurs de nos compatriotes –dont je fais partie- ont décidé de libérer leurs tétons. Décryptage.

Cet article pourrait vous intéresser : Règles Affair : Alors, toi aussi t’as du ketchup dans le slip ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cécile✨(📷all my pics) (@cecile_hoodie) le

Je ne porte pas de soutifs et alors ?

A tous les détracteurs du #freethenipples : aucune étude sérieuse n’a prouvé qu’on devait porter un soutien-gorge pour assurer un bon maintien à notre poitrine. Après, il y a aussi le volet confort et praticité : certaines femmes se sentent mieux voire « bien » en portant un soutien-gorge alors que d’autres personnes n’y voient aucun intérêt –instant confession : ce qui me donne un bon maintien, c’est le sport ! Après, j’avoue que j’ai très peu de poitrine donc je ne pourrais pas trop me prononcer.-

Pour résumer : la science n’incite AUCUNE FEMME à porter quoique ce soit. Ce qui nous ferait nous s’en lécher les babines seraient plutôt les campagnes publicitaires qui mettent en avant des seins super-bien moulés dans une lingerie qui… alimente le fantasme masculin. Ou encore, la gêne qu’on ressentirait si, par malheur, on voyait nos tétons. Le « on » englobe évidemment la gent masculine qui, dans son imaginaire, corrèle le téton qui pointe à l’excitation et au désir féminins, ce qui est faux. En effet, nos tétons peuvent « pointer » quand on a froid au quand on est saisies de sensations fortes, autres que le désir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

We really need to stop being ashamed of having a body and a sex life (or not having one), and especially social networks and society should stop giving people (and especially women) this feeling. About masturbation, it’s my personal opinion, everyone is free to do it or not, but I really think that the pleasure of a woman during sex depends on whether she knows her body, or not. masturbation is the easiest way to learn to know oneself, to discover how our clit works, our sensitive areas, to enjoy the greatest pleasure with a partner after. I have the feeling it’s even more taboo for girls than boys, and it shouldn’t, because our anatomy really deserves to be explored. it’s really a huge mess to have something as sensitive as the clit and not to enjoy it 🤟🏻

Une publication partagée par Cécile✨(📷all my pics) (@cecile_hoodie) le

Libère ton téton

Alors que la police de la censure du téton FEMININ fait ENCORE la loi sur les réseaux sociaux, plusieurs femmes, de différentes morphologies mammaires, ont banni le soutien-gorge de leur vestiaire. Pour des raisons de confort ou par foi militante, leur geste choque voire effraie parfois car un téton libéré et sciemment montré est synonyme de défi social –le fameux « j’affronte le regard de l’autre ». Or, qui oserait juger autrui ? N’est-on pas sur cette pauvre planète pour essayer de trouver NOTRE PROPRE EQUILIBRE ? Abstraction faite des codes préétablis et des lignes toutes tracées qui feraient de nous des êtres serviles ? Je ne porte offense à personne en libérant mes tétons au contraire : je me sens mieux dans mon corps et c’est ce qui compte.

Y aller mollo

Si malgré cet argumentaire – ou pro domo- vous hésitez encore à sauter le pas du « free le téton », on vous suggère d’y aller par étapes. Evidemment, vous n’allez pas vous mettre à porter des pulls et des t-shirts moulants/transparents une fois que vous aurez retiré votre soutien-gorge mais vous pourrez commencer par mettre des sweats un peu larges et de gros pulls afin que votre transition se fasse en douceur. Ensuite, une fois que vous serez à l’aise sans soutien-gorge, vous pourrez vous la jouer comme Jane Birkin et oser des pièces plus près du corps. Au final, le dernier mot vous revient.

Ce qu’on retient ? Que vous soyez une adepte du soutien-gorge ou pas, on a juste envie de vous dire « no stress », faites ce que vous voulez avec vos tétons et surtout, bichonnez-les !