Dyke_on magazine : L’un des premiers magazines qui parlent de mode et de lesbianisme

MAGAZINE

2017 ou l’ère du digital. Aujourd’hui, en effet, ce sont les millennials qui contrôlent tout –ou presque- : sexualité affichée sans complexe, refus de se conformer à un statut ou à des codes hétéronormés, refus d’être étiquetée appartenant à tel ou tel genre dans le but de reconquérir une identité déliquescente bref, les sociétés changent et la mode avec. C’est dans ce contexte que Dyke_on (dyke signifie gouine) magazine a vu le jour.


« Un magazine féminin et lesbien écrit pour les lesbiennes » ?

Certes mais Dyke_on magazine s’adresse à tout le monde et parle de sujets divers. Si sa première visée est de lutter contre l’invisibilisation  de la communauté lesbienne –en effet, la plupart des magazines allant dans ce sens parlent d’homosexualité masculine à l’instar de Têtu-, les articles sont écrits pour un public plus large. Magazine tous azimuts, Dyke_on combat aussi les stéréotypes prônés par la plupart des magazines féminins. Chez Dyke-on, la femme blanche, intégralement épilée et aux mensurations de rêves cède le pas à la garçonne, la rousse, la fille avec des bourrelets parce que « c’est mignon un bourrelet », la lesbienne noire ou encore, la lolita aux faux airs de rousse effarouchée.


La mode comme fer de lance

Après la forme, place au fond. Dyke_on n’est pas un magazine proprement militant mais on ne pourrait passer outre cet engagement « en catimini ». « En matière de magazines, et même dans le monde de la mode établi, il n’y a pas vraiment de place pour les femmes lesbiennes. » dixit Rain Laurent, la rédactrice en chef du magazine et ancienne « soldate » de Dazed. En effet, le magazine retrace, à chaque numéro, la bataille ou tout simplement la vie de plusieurs icônes lesbiennes. Marlene Dietrich ou encore Isabella Rossellini, le magazine qui n’était au départ qu’un compte Instagram –donc une plateforme 2.0- a développé son concept en le concrétisant sur papier. Contrairement à d’autres magazines lesbiens –comme par exemple Barbi(e)turix-, Dyke_on combat le cliché de la modeuse fleur bleue, délicate et en quête d’affection au profit d’une femme libre et libérée. Mettre en avant les femmes lesbiennes, féminines et féministes tout en faisant un pied de nez au schéma phallocrate véhiculé par la presse actuelle, voici les préceptes de Dyke_on, un magazine de mode dont on va encore entendre parler…

#safesexishotsex #worldaidsday #dykeon #dyke_on #lesbians

Une publication partagée par DYKE_ON (@dyke_on) le