Critiques sur le film «Regarde-Moi », par Nejib Belkadhi

Hier fut la première projection en Tunisie du long-métrage « Regarde-Moi », réalisé par Nejib Belkadhi. Nos prédictions étaient déjà positives, des semaines plus tôt, mais on ne s’est pas attendu à un dépassement de l’excellence de ce chef d’œuvre. Un projet porteur de plusieurs messages qui n’a pas laissé les spectateurs sortir indifférents de la salle de cinéma.

Cet article pourrait vous intéresser : Focus sur le film événement des JCC : Girl of the moon

Un projet grandement réussi

Il a fallu une heure et demi avant l’ouverture des portes du Colisée pour avoir un rang s’étaler de la salle de cinéma jusqu’au trottoir de l’avenue.

L’audience, toute excitée, s’est ruée sur les meilleures places pour apprécier un long-métrage tant attendu. Des applaudissements qui n’en finissaient pas ont laissé Nejib Belkadhi, surpris et à courts de mots durant son speech d’ouverture. Même chose pour Nidhal Saadi qui incarne un des rôles principaux de « Regarde-Moi »; qui eut crû que cet acteur aux rhétoriques instantanées et aux entractes comiques pouvait demeurer ému devant une foule impatiente de savourer le film?

Revenons sur les applaudissements: tout le monde n’arrêtait pas de clapper des mains sur les meilleures scènes de « Regarde-Moi »tant elles ont été bien filmées, bien étudiées et bien choisies pour les faire réagir.

On croit même avoir entendu quelques petits pleurs durant les moments poignants et en voici les raisons:

Une histoire bien touchante

Le scénario prend place entre Tunis et Marseille, à cette même période. Lotfi (Nidhal Saadi) est un commerçant de produits électroménagers qui est parti vivre à Marseille et où il a rencontré une Française, Sophie, qui est tombé enceinte de ce dernier. Le bonheur de cet évènement fut interrompu par un coup de téléphone de son frère Selim qui lui annonce que son ex-femme, Sarra, est tombée dans le coma suite à une crise. Il se voit, donc, contraint de retourner à son pays natal pour élever son fils autiste, Youssef, raison initiale qui l’a poussé à refaire sa vie en France. Il constatera, vite, qu’il n’est pas facile d’élever son enfant «handicapé», surtout quand il a été absent pendant ces dernières sept ans…

Beaucoup de scènes, dans« Regarde-Moi », étaient pénibles à voir: Les moments de colère de Khadija (Saoussen Maalej) la sœur très protectrice de l’enfant de Sarra, l’effondrement de Lotfi en voyant son enfant hyperactif en pleine crise d’acharnement, Youssef qui troue les yeux de ses peluches et des photos de famille ainsi que son énorme fascination des guirlandes multicolores suspendues dans sa chambre à coucher, etc…

Comme on l’a cité en haut, le film envoie plusieurs messages sur cette maladie et son énorme impact sur l’entourage de la personne qui en souffre, sur la compréhension du choc psychologique de l’autisme et sur l’acceptation de ceux qui sont «différents de la norme sociale» malgré la difficulté de cette action.

Et la cerise sur le gâteau: Nejib Belkadhi figure dans le casting du long-métrage « Regarde-Moi » avec un personnage passager mais qui en dit long sur le génie de ce réalisateur.

Sera-t-il, prochainement, le Clint Eastwood de la Tunisie? Fort probable.

Les différentes réactions de l’audience

Hormis le succès du scénario, ce qui a fait réagir le public encore plus que l’histoire en elle-même, c’est les petits détails qui sont différemment interprétés.

Comme l’emploi de quelques termes péjoratifs, par exemple. Tout le monde ne réagira pas de la même manière, malgré le fait que ces gros mots ont réussi à jouer l’entracte comique dans une histoire émouvante, ce qui a fait l’équilibre des sentiments de l’audience.

Avec ça, il y a quelques scènes d’affection entre Lotfi et sa femme qui ont laissé les filles rouspéter à l’idée de voir l’homme de leur vie entre les mains d’une autre.

On s’y attendait un peu quand le bourreau des cœurs n’est autre que Nidhal.

Mais la meilleure des réactions restera la standing ovation qui a duré de longues minutes devant l’équipe de «Regarde-Moi» qui ont fait leur salut et qui sont restés bouche bée.

C’est ce qu’on reçoit quand on travaille durement pour créer une œuvre d’art digne d’un Oscar.

Alors, qu’est-ce que vous attendez pour aller réserver vos billets de ce Dimanche, 11 Novembre? Faite vite, les ventes de tickets vont presque être épuisées, si elles ne le sont déjà!