Rencontre avec Souleyma Bey, chanteuse à la voix de velours.

Chanteuse à la voix suave et intense, Souleyma Bey a accepté de nous parler de son art et de son parcours atypique avec toute la passion qui la caractérise. Attention, une fois que vous l’aurez écouté, vous ne pourrez plus vous en passer !

 

 

Bonjour Souleyma, parlez-nous de votre parcours et de vos débuts

En fait j’ai toujours chanté. La musique a toujours été une passion depuis mon plus jeune âge. Mais en Tunisie, et avec toutes les pressions sociales que subit notre beau pays, il est très difficile d’annoncer à sa famille, que, une fois le bac en poche, vous allez vous consacrer à la musique. Et puis de toute façon, c’était un peu un rêve lointain, impossible et inavoué, donc il fallait que ça demeure une passion. Aussi passionnée d’aéronautique (oui c’est bizarre, deux passions totalement différentes), je décide d’entreprendre des études de pilotage. Après quatre ans dans ce domaine, je continue mon bout de chemin en complétant mon profil avec trois autres années dans une Business School.

Entre temps, le chant en lui-même ne faisait plus partie intégrante de ma vie. Ma mère, grande mélomane qui dansait à merveille mais ne s’était jamais essayée au chant, est tombée gravement malade. N’ayant plus la force de danser comme avant, elle a commencé à chanter pour se défouler. C’est à partir de ce moment qu’elle et moi accompagnées de mon frère,  on a fait la tournée de tous les karaokés du grand Tunis, et que j’ai redécouvert ma voix, laissée de côté pendant longtemps. Peu à peu, et grâce à ma mère, j’ai commencé à reprendre confiance en mon potentiel. Elle me poussait à relever de nouveaux défis, de nouvelles chansons qui demandaient plus de technique, et j’exécutais. Peu avant son décès, elle m’encourageait à enregistrer des titres en studio, et à tenter ma chance en formant un groupe. Je me souviens lui avoir rigolé au nez en lui disant d’être un peu plus réaliste et que c’était trop difficile. Aujourd’hui si j’y crois, c’est en partie grâce à elle, et je pense que de là où elle est, elle pourrait être fière de moi.

Rencontre-avec-Souleyma-Bey,-chanteuse-à-la-voix-de-velours.

Racontez nous comme s’est passée votre première prestation en publique et ce que vous avez ressenti.

La toute première fois, j’avais autour de 10 ans. C’était un concours à l’école où l’on pouvait chanter en live. J’étais très stressée de voir ce public et mon père tenant fièrement la caméra. J’avoue que j’étais à deux doigts de m’enfuir en courant. Mais heureusement que mes parents étaient là et m’encourageaient: «Tu peux le faire!». J’ai trouvé ça très effrayant mais j’ai aimé l’adrénaline que ça procurait.

Professionnellement, je n’ai plus eu autant le trac que la première fois (et heureusement d’ailleurs), parce que j’étais déjà habituée à chanter en public. Mais on ressent toujours une petite peur avant chaque montée sur scène, devant un nouveau public. Dès la deuxième chanson, ce sentiment est très vite remplacé par une joie et un dynamisme qu’on se doit de partager avec ceux venu nous voir.

souleyma-and-friends

Avez-vous un souvenir de scène marquant ou une anecdote rigolote à nous raconter?

Oh, il y en a tellement qu’il me faudrait plusieurs pages pour tout écrire. Pour moi, chaque scène est unique, de voir devant nous un nouveau public qui nous écoute attentivement et à qui l’on procure des émotions, c’est impressionnant. J’adore provoquer quelque chose chez les gens lorsque je chante, être sûr qu’ils passent un bon moment et qu’ils sont touchés au cœur.

Mais il est vrai que très souvent, on descend de la scène avec de bons fous rires ainsi que pleins d’anecdotes à raconter. La première qui me vient à l’esprit est celle-ci : on se produisait à Hammamet avec le groupe, et en plein milieu d’une chanson, une personne monte sur scène et me chuchote à l’oreille qu’elle voudrait « crêpe ». Je n’ai pas tout de suite compris le sens, et ne pouvait lui répondre en chantant. Je me demandais qu’est ce qui lui était passé par la tête, et si elle m’avait confondue avec le chef cuisinier. Je me suis rendu compte alors qu’il s’agissait de la chanson Creep de Radiohead. Et depuis ce jour on appelle cette chanson « crêpe ». Mais bon, aujourd’hui c’est la chanson de « Ouled Moufida »

 

Quelles sont vos influences musicales, vos chanteurs/groupes préférés ?

Depuis mon plus jeune âge, j’ai eu une éducation musicale très diversifié. Il faut dire que je n’ai jamais vraiment écouté de comptines ou de chansons comme « Agadou », « C’est la danse des canards » etc. A 7 ans déjà, je connaissais tous les indémodables titres de blues, jazz, ainsi que les classiques français de Charles Aznavour, Jacques Brel et Edith Piaf. Avec le temps, je commence aussi à m’intéresser au rock et aux années Woodstock. Aujourd’hui, je ne peux pas vraiment choisir mes chanteurs ou groupe préférés, il y en a tellement dans chaque style de musique. Chacun d’eux me procure une émotion différente. En fonction de mon humeur, je peux écouter telle ou telle chanson pendant des heures. Mais si je devais faire un choix, ça serait Pink Floyd. Pour moi, c’est un groupe mythique. Je suis fascinée par leur histoire, ce qu’ils ont vécu, et ce qu’ils arrivent à retransmettre dans leurs titres grâce aux paroles, à la mélodie etc. J’écoute beaucoup aussi Dire Straits, Beth Hart, BBKing, Otis Redding, Led Zeppelin, Santana… Sans oublier les grands Stevie Wonder et Michael Jackson.

souleyma-and-friends-1

Comment vous êtes vous faite connaitre auprès des scènes où vous vous produisez ?

On commence par une scène, et puis si la performance plait, il y a toujours quelqu’un qui demande notre contact, et puis le reste suit. Il y a aussi beaucoup de bouche à oreille, donc l’essentiel c’est de réussir ce qu’on fait, et les contrats viennent naturellement. La page Facebook est aussi un bon moyen de rester en contact avec les gens, afin qu’ils nous suivent un peu dans nos activités.

 

Parlez-nous de ces « friends » dont vous vous entourez ?

Ahhh les friends !! C’est le plus important, parce que sans eux rien n’aurait été possible. J’ai beaucoup de chance d’avoir une équipe comme celle qui m’entoure. J’ai avec moi des musiciens talentueux et professionnels, qui m’apprennent et me boostent beaucoup. Ce que j’apprécie, c’est qu’avec le temps on commence à être comme une famille, et chacun de nous connait le caractère de l’autre. Il est vrai que des fois on se fâche, on se boude, mais le plus important c’est qu’après tout ca on apprend de nos erreurs et on avance… Un grand big up à Salah Tbessi, Aziz Ben Youssef, Seyf Ben Hamida, Haroun Dlissi, Ghassen Chraifa, ces talentueux friends qui me supportent, mais aussi Riadh Bergaoui, Moez Asmar, Karim Maamouri, Mohamed Ben Said, qui n’ont jamais hésité à partager leur expérience pour m’aider et me soutenir dans mes projets.

On n’oublie pas non plus notre manager,Akram Klibi, qui arrive à gérer les petits caprices, les montées de stress, mais aussi notre confort pendant que nous sommes sur scène. Je les remercie tous au passage parce qu’ils sont en train d’accomplir un travail exceptionnel.

souleyma

 

Dans votre première vidéo « Souleyma and friends accoustic live session », on vous voit interpréter avec brio le titre « Dust in the wind », envisagez-vous de chanter dans d’autres langues à l’avenir? En arabe ou en français?

Actuellement je chante en français et en anglais. L’arabe, c’est un peu plus compliqué pour moi. Vu que j’ai effectué toutes mes études à l’école française, beaucoup de gens me taquinent par rapport à mon accent. Mais ça reste quand même un défi, et avec un peu de travail, je pense que ça sera possible.

 

Quelle est votre actualité en ce moment? Des scènes ou d’autres vidéos de prévues?

En ce moment, nous travaillons sur d’autres vidéos, à part les scènes que l’on a chaque semaine.

 

Comment vous voyez vous dans dix ans et que peut on vous souhaiter pour l’avenir ?

Je suis quelqu’un qui vit au jour le jour et qui apprécie le moment présent. Se projeter dans 10ans pour moi est très difficile, parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver. J’espère quand même pouvoir réaliser mes rêves. Et le plus important : être heureuse et épanouie professionnellement mais aussi personnellement.

 

Merci Souleyma pour ce temps que vous avez bien voulu nous accorder, nous vous souhaitons bonne chance pour la suite et un succès à la hauteur de votre talent !