Rétrospective de Safia Farhat à Radès

Pensée comme une véritable rétrospective du travail de Safia Farhat, ce temps d’exposition prendra place au Centre des Arts Vivants de Radès, un lieu quelque peu éloigné de la vie culturelle frénétique de la banlieue Nord regorgeant pourtant de trésors insoupçonnés.

Ce centre n’est en vérité que l’ancien atelier de Safia Farhat qui décida, en 1982 et avec le soutien du Ministère des Affaires Culturelles, d’en faire un espace de création ouvert à tous.

Permettant aux artistes qui souhaitent créer mais qui n’en ont pas les moyens, ce lieu offre des ateliers de peinture, de céramique, de gravure, de photographie et d’infographie. Pour Aïcha Filali, il est important « de reconnaître ses prédécesseurs pour avancer. C’est pour cette raison qu’exposer les travaux de Safia dans ce lieu qu’elle a imaginé selon ses propres aspirations pourrait permettre aux générations futures de s’engager plastiquement dans le domaine des arts et montrer qu’il est toujours bon de regarder en arrière de temps en temps ».

Cet article pourrait vous intéresser : Exposition BIL ARABI de Nadine Kanso chez Musk & Amber

Quelques années après la triste disparition de Safia farhat, sa tante, Aïcha Filali, décide aujourd’hui de redonner vie à une œuvre marquante dans l’évolution de l’histoire de l’art tunisien en inaugurant un musée portant le nom de sa tante. Cette exposition temporaire regroupera des tapisseries monumentales et des dessins que Safia réalisa aux grandes heures de sa carrière. Les membres de la famille Farhat et leurs proches ont tous apporté leur soutien en prêtant une ou plusieurs œuvres.

C’est pour cette raison que l’exposition ne restera pas éternellement dans ces murs mais aura vocation à évoluer aux grès des prêts et des acquisitions. Un bel hommage à la mémoire de la première femme directrice de l’Ecole des Beaux-Arts de Tunis qui bouscula l’enseignement des arts en 1966, jusque là considéré comme très académique. L’artiste Aïcha Filali avait déjà commencé il y a quelques années à inventorier, documenter et classer les travaux de sa parente en publiant un ouvrage posthume « Safia Fahrat, une biographie ».