Revue des tendances Printemps été 2015 Paris Hommes

Entre le Caroussel du Louvre et le palais de Tokyo, Paris a accueilli cet été une farandole de créateurs pour la fashion week Homme Printemps été 2015. On ne cite plus les habitués de la place, Givenchy, Louis Vuitton, Galliano ou comme des garçons, mais nous avons aussi découvert ou mieux apprécié le talent de certains designers qui montent.

Une chose est sûre,  l’homme SS2015 sera joyeux, il  arborera un attirail très coloré. Sans plus attendre, on vous dresse le bilan des tendances repérées sur les podiums parisiens.

 Artistica

De l’imprimé artistique à la calligraphie, chez Dior on s’amuse avec les costumes et on les sort de leur identité un peu trop coincée, on retrouve cet imprimé même sur les chemises.

dior

Chez Junya Watanabe on ose les leggings masculins aux airs de pyjamas, les T-shirts aux imprimés floraux et les  vestes patchwork.

juya-watnabe

Pour Comme des garçons, c’est la folie des imprimés, l’avant-gardisme habituel de la marque nous entraîne dans des illusions d’optique fascinantes en jouant sur des découpes de matières pour les manteaux, des collages extravagants et des choix de tissus métalliques pour les costumes.

Chez Dries Van Noten, on a vu défiler des silhouettes romantiques où on revisite le trench, on redécouvre le blouson bomber en version brodée ou métallique, et les chemises se font très aériennes mariées à des combi-pantalons prêts du corps dans une inspiration danseur contemporain, le tout avec des associations de couleurs pour le moins intéressantes.

dries-van-noten

Rick Owens, fidèle à lui-même, a proposé des silhouettes très organiques presque architecturales avec un jeu de construction de matière et de superposition de tissus.

 Retour dans le passé

 Lanvin nous a surpris avec une collection;  très « années 80 » avec des blazers épaulés, des vestes en jeans Destroyed, un jeu sur les volumes avec des perfectos en cuir et des silhouettes ceinturées  en associant le cuir, le métal à des tissus plus conventionnels.

lanvin

Chez Berluti c’était une ère très « fifties » avec des paletots structurés, des par-dessus aux faux airs de Bombers et une forte empreinte de MAD men revisitée dans des couleurs très puissantes, notre Don Draper se vêtira cette saison de jaune moutarde et de parme.

berluti

L’homme Vuitton replonge dans les années 70 avec des blousons ornés de pins, des imprimés psychédéliques, des trenchs de cuir et des T-shirts à manches retroussées.

vuitton

 On the sporty side

 Le défilé Givenchy était un des moments marquants de cette fashion week avec une ambiance Bad boy, l’homme Givenchy est un gangster à la pointe du chic avec des manteaux mouchetés, des combinaisons tout droit sorties d’American History X et des costumes short qui n’ont rien de gamin.

givenchy

Chez Sacai on a vu une forte inspiration skater: des imprimés géométriques sur les T-shirts, avec des blousons bombers, des coupe-vent, des anoraks ou des birrs à tous les pieds.

sacai

Chez Hermes le golfeur du  dimanche est à l’honneur dans une ligne,  très croisière,  sobre et toute en discrétion.

hermes

Lowe  a joué la simplicité dans une inspiration polo avec la juste dose d’insouciance pour donner un visage nouveau aux chaussures derby et aux  chemises Oxford, avec des pantalons aux couleurs primaires associés à de la maille et des foulards assortis.

Venu d’ailleurs

Saint Laurent installe Dallas au Carreau du Temple avec une ambiance Western, on est plongés dans le Grand Canyon avec des ponchos en patchwork de cuir, des santiags couleur feu et des capes en vachette. L’homme Saint-Laurent est un Amish des temps modernes qui allie modestie et chic avec son chapeau en feutre. La touche cow-boy était présente avec des chemises country brodées à la Johnny Cash.

saint-laurent

Chez Paul Smith, on ovationne le surfeur californien qui joue au premier de la classe avec un mix intelligent donnant un look de premier de la classe en vacances avec des sweats aux imprimés fous et une explosion de couleurs sur les t-shirts qu’on marie à des costumes amples à l’allure baggy.

paul-smith

Raf Simons nous a fait voyager dans son univers en ressortant les vieux classiques des belles années qu’il décline dans une palette de couleurs pétantes, la cape se voit reconvertie en toile ambulante et le T-shirt est estampillé d’étiquettes, de chiffres, et parfois même de clichés de polaroid.

raf-simons

Pour Christophe Lemaire l’Asie moderne était une source d’inspiration très présente avec des chemises aux faux airs de kimono en chambray ou en cotonnade fine, des pantalons fluides, des vestes drapées, les couleurs se sont faites timides, mais l’accent a été mis sur les formes et les matières.

christophe-lemaire

Pour Maison Martin Margiela, on a vu défiler des pièces très conventionnelles à premier abord, mais leur secret était dans le détail, des trenchs coupés dans de la matière à parachutes, des pantalons qui mutaient de la laine au jeans en changeant de jambe, des pulls robes en laine avec des baskets aux pieds qui donnaient un look bizarrement très viril ou encore des imprimés graphiques criards imprimés sur des tissus translucides qui donnaient l’illusion de tatouages.

maison-martin-margiela

L’homme Printemps été 2015 n’aura rien à envier à la femme et il n’est pas prêt de passer inaperçu.