Après Paris, Saint Laurent s’invite à New york et cela en vaut le détour !

Souvenez-vous il y a de cela quelques mois, la présentation de la collection Automne-Hiver de Saint Laurent prenait place en plein cœur de Paris. C’est sur l’esplanade du Trocadéro, sous les pieds de la dame de fer qu’Anthony Vaccarello, Directeur artistique de la maison bluffait l’ensemble de la Fashion sphère.


Seulement cette fois, c’est sur une vue illuminée de gratte-ciels New Yorkais, que le créateur belge décidait de présenter sa collection Printemps-Été ‘19 de prêt-à-porter pour hommes.

Vrai amoureux de paysages urbains et de scénographie façon carte postal, le quatrième défilé de Vaccarello prenant ainsi place sur les rives de l’Hudson River ayant pour toile de fond la skyline de tout Manhattan.


Hommage au New York du Studio 54, cette collection à l’esprit seventies représente le vestiaire masculin par excellence mêlant rock contemporain au style western bohème de Macadam Cowbaoy.

Coupe de cheveux au vent et longueurs XXL, les modèles de la griffe parisienne défilait dans des pantalons évasés à taille haute, en denim noir moulant et bas à paillettes ornés de ceintures en cuir et de boucles ovale de métal.

Baignant dans un ADN purement « Wild West », des chemises ultrafines presque transparentes conçues spécialement comme pièces « Layering » sous les blazers en cuir noir étaient elles aussi présentes sur le runway aux côtés des bombardiers en velours écrasés et des vestes Western brodées de patchwork à imprimées croco.


En guise de bouquet final, rien d’autre qu’une parade de paire de boots, de jean en sequin et de torses argentés de paillettes et légèrement recouverts de fines écharpes de soie, de bandanas, de chaînes à col long et de colliers de dreamcatcher.

Du « Glitter Nude », tel était la vision sensuellement punk de Saint Laurent pour le « soir couture » de ses silhouettes masculines.


Outres Bandanas, franges, lacets en cuir, broderies métalliques sur épaules et chapeaux cordobes aux bords carrés, les clins d’œil à l’imagerie western étaient omniprésents, le tout sous l’œil avisé d’un Front-row de qualité.

Crème de la crème, on y voyait Kate Moss, Charlotte Gainsbourg ou encore le célèbre rappeur et boyfriend de Kylie Jenner, Travis Scott.


L’allure non consensuelle de L’homme Saint Laurent aura de cette manière marqué le calendrier hors saison de la Fashion Week new-yorkaise et aura servi d’apéritif à celle à venir.