Shourouk : un rayon de soleil dans le monde de la mode

Nous avons eu la chance d’interviewer la pétillante Shourouk, créatrice de bijoux et d’accessoires, pour les besoins de notre dernier numéro « The Designers Issue ». Elle a été notre Cover Girl mais elle a surtout été notre rayon de soleil !

C’est à Sidi Bou Said que nous avons donné rendez-vous à la créatrice de mode tunisienne. Sublime, elle portait ses créations, ses yeux pétillants et son sourire éclatant. Un thé à la menthe et aux amandes à la main, c’est ainsi qu’a commencé notre interview !

FFDesigner : « Bonjour Shourouk »

Shourouk : « Nihaw »

FFD : « Vous êtes de retour avec une nouvelle collection, une nouvelle histoire et on aimerait bien en savoir plus ! »

Shourouk : « Cette nouvelle collection, est une envie personnelle. Je suis passionnée par Cléopâtre et j’adore les voyages, les souvenirs… j’ai donc fait un mix ! Je me suis dit voilà, si jamais Cléopâtre revenait aujourd’hui en 2016 et qu’elle visitait le Caire, ça donnerait quoi ? Elle mettrait quoi ? Quels souvenirs achèterait-elle ? »

CampagneShourouk_JonathanIcher_04

FFD : « D’abord Frida et maintenant Cléopâtre. Vous semblez fascinée par ces icones, ces femmes de pouvoir ! »

Shourouk : « Je crois que je suis de nature féministe. J’aime bien parler des femmes. En ce moment, je suis en train de lire un livre sur les courtisanes à Paris pendant le 19ème siècle et j’aime l’ascension des femmes. Cléopâtre était reine d’Égypte mais c’est grâce à sa séduction et son intelligence qu’elle est devenue la reine qu’on connait : La reine des reines ! »

FFD : « Vous créez combien de produit par collection ? »

Shourouk : « Sincèrement, je n’en ai aucune idée. Je n’ai jamais compté, je marche toujours au Feeling. Je n’ai pas de règles… je ne sais même pas combien de pièces j’ai »

FFD : « Est-ce que vous commencez vos créations à partir de quelque chose, une piste, une idée ? »

Shourouk : « J’aime bien raconter des histoires différentes. Pour Cléopâtre, il y avait 3 histoires :

Une première histoire très dorée, très Gold, en hommage au cinéma Égyptien ! Les danseuses orientales, Samia Gamal, Tahia Carioca… On s’est inspiré des costumes des danseuses orientales, le « chik chak chok » , les franges et les choses qui bougent..

CampagneShourouk_JonathanIcher_03

La deuxième histoire c’était plus Pharaon, le « Hand Craft » des Egyptiens, la broderie avec des perles, les motifs hiéroglyphes, pyramides…  On a essayé de faire un truc plus cool. J’ai fait plutôt des « Choker » qui sont à l’opposé de ce gros plastron que je ne trouve pas moderne mais toujours avec les motifs Egyptien pour rappeler l’Egypte des Pharaons.

CampagneShourouk_JonathanIcher_01

Et la dernière histoire, c’est des serpents avec des têtes en strass, plus une référence au cinéma Hollywoodien, Elizabeth Taylor etc…Une Cléopâtre vue par Hollywood. C’est pour ça que je porte un tee-shirt avec Elizabeth Taylor, parce que c’est ça qui m’a intéressée : Comment Cléopâtre était vue. »

CampagneShourouk_JonathanIcher_02

FFD : « Comment les clientes de Shourouk et la presse ont accueilli cette nouvelle collection ? »

Shourouk : « Elles adorent parce qu’il y a toujours du Glamour. Quand je fais des bijoux c’est pour être belle. On met un bijou il tombe bien, il est parfait. Il vous rend belle mais il y a toujours cette note un peu kitsch, parce que je viens d’une classe populaire, et c’est vrai que j’ai besoin de mettre ça dans mes bijoux. Donc mes clientes elles adorent, elles adorent »

FFD : « Si vous aviez la chance de retourner dans le passé, quel conseil donneriez-vous à la jeune Shourouk ? »

Shourouk : « Continue comme tu fais c’est bien. »

CampagneLunettes_JonathanIcher_01

FFD : « Quels sont vos must have make-up ? Ces produits que vous avez toujours sur vous? »

Shourouk : «  Mon lipstick Tom Ford, Reference « Flame » qui est toujours avec moi. J’aime le rouge-orangé, c’est ma couleur !

Une une brosse dans mon sac, je trouve ça d’ailleurs assez old-school. J’ai gardé un petit côté Vintage !

Je ne me maquille pas beaucoup, donc mon tips beautés c’est l’huile d’Argan pour les cheveux. Je l’utilise beaucoup, j’adore les produits naturels je ne suis pas très chichis en général. »

FFD : « Quel est votre must go, destination pour l’été ? »

Shourouk : « Tounes, Tunisia is the perfect Place ! »

FFD : « Vous êtes venues l’année dernière en Tunisie et vous êtes revenues cette année. Avez-vous remarqué des différences ? »

Shourouk : « Sincèrement, avant la révolution je ne venais quasiment pas en Tunisie parce que je trouvais qu’il y avait un côté figé et qu’il ne se passait rien. Mais depuis la révolution je viens très souvent. Je sens qu’il se passe des choses, il y a une expression, un petit peu plus d’optimisme. Bien sûr, il reste encore des choses qui ne bougent pas trop pour les jeunes, mais malgré tout, je sens qu’il y a une vraie envie de la part de la jeunesse, une vraie créativité. Il se passe des choses et je sens qu’il va se passer encore plus de choses. »

FFD : « Quels sont vos conseils pour les créateurs tunisiens ? »

Shourouk : « D’arrêter de suivre les tendances de l’étranger ! C’est important d’être curieux, ouvert, de voir ce qui se passe mais surtout, utilisez votre ADN vous êtes tunisiens montrez-le, montrez les choses d’ici, les tressages d’ici, les couleurs d’ici.

Je sens qu’aujourd’hui les jeunes veulent trop couper avec leurs racines et aller vers des choses ultra-modernes comme les Américains, mais ce n’est pas notre ADN. Et puis les étrangers vont être intéressés par la personnalité, l’âme… et votre âme, c’est votre ADN.

Il se passe quelque chose en Tunisie, c’est tellement beau, il y a tellement de savoir-faire ici et je trouve qu’il n’est pas assez représenté par les jeunes créateurs ! Mais moi j’ai confiance en mon pays, j’ai confiance en ces tunisiens.

J’aime la Tunisie, je suis très contente d’être là !

Et pour finir, Shourouk s’est exprimée sur sa séance de travail avec l’équipe FFDesigner «  On a fait des photos comme je les voulais…! Ce qu’on a fait là, c’était vraiment sincère, il n’y avait pas vraiment de préparation, on n’a pas guète ce qui se passait. On a tourné et on a réussi à catcher justement ce moment et ça c’est cool ! C’était génial de bosser avec vous  »