Scoop mode: Raf Simons a régné en maître sur les CFDA !

Les CFDA  en un mot ? La mode. Si on devait épiloguer on dirait que c’est le Graal pour tout créateur émérite, une sorte de cérémonie des Césars dans une version très master -fashion- classe. Une fois le cap du préambule franchi, on peut passer aux choses sérieuses et parler des lauréats.

Le premier à avoir tapé dans l’œil du Conseil des créateurs américains  (et de toute la modosphère) est Raf Simons. Ce belge a fait ses classes chez Jil Sander avant de laisser une trace indélébile chez Dior, un nom qui a toujours suscité chez lui admiration et reconnaissance « j’ai toujours été impressionné par le travail de Christian Dior. » pour enfin être enrôlé chez Calvin Klein. Or, il n’était pas considéré comme un simple soldat de la mode mais comme un magnat du tissu. C’est ainsi que Raf Simons tient depuis 2016 les rênes de CK, un statut qu’on espère aussi honorifique que pérenne.

CFDA, la consécration ultime ?

Avec deux prix, celui de la mode masculine et féminine, Simons rejoint son mentor et unique créateur à avoir réussi un tel exploit, Calvin Kein en personne ! Un legs significatif entre père/fils d’élection mais pas une surprise pour l’homme qui « a glamourisé l’art de rue ».

Oscarisé pour une mode street, puriste, sans fard

Et les parias de la mode ?

Demna Gvasalia et Rick Owens ont tous deux eu droit à leur quart d’heure de gloire. Souvent incompris, culottés et jamais à court d’idées « trash », si le premier jongle avec un label cool et branché (Vetements forever quoi) tout en cassant l’image très « couture » de Balenciaga, le deuxième affiche un goût prononcé pour la provoc’ via des collections minimalistes et une technicité hors pair. Ex æquo, le tandem mi-gothique mi-street a raflé le prix international, preuve ultime que la monde s’encanaille.

Demna, jamais sans sa casquette

Rick Owens, le Marilyn Manson de la mode

 

Le mot de la fin ? Un créateur sans histoire, pionnier du bon genre, discret mais innovant avec tact s’est retrouvé nez à nez avec deux « faux » cancres, shootés au travail, prônant une mode bankable, ungendered et viscéralement sexuelle. En somme, deux acolytes qui loin de lui faire grincer des dents le font sourire. Alors, elle est pas belle le planète mode ?

 

Ze Brune Patate