People sphère : Slick Woods, un mannequin pas comme les autres

Atypique, voici l’adjectif qui nous vient à l’esprit quand on découvre la dégaine de Simone Thompson alias Slick Woods. Un corps maculé de tatouage, un crâne rasé, une dentition « hors-normes » (Slick a les dents du bonheur) et une partie de fumette quand bon lui semble, voici Slick Woods, cataloguée anticonformiste, ovni de la sphère mode, selon ses pairs.

Cet article pourrait vous intéresser : Kanye West ou ce « grand absent » de la Fashion Week New-yorkaise

 

Laughing at these new booty young heads

Une publication partagée par @slickwoods le


Sourire d’enfer

Différence et culot, nouveaux idéaux des podiums outre-Atlantique ?

Just as soon as you thought the Fenty show couldn’t get any better. Eternally grateful for you @badgalriri

Une publication partagée par @slickwoods le


Slick Woods pour FentyPuma by Rihanna

Who ready? 9.8.17 @fentybeauty @badgalriri #shadenames @inezandvinoodh ❤️

Une publication partagée par @slickwoods le


Slick Woods pour Fenty Beauty

Elle est la chouchoute de Rihanna, la muse de Jeremy Scott ou encore la BFF de Adwoa Aboah, mannequin albinos avec qui elle a partagé des clichés pour le calendrier Pirelli, Slick Woods n’a pourtant jamais aspiré à devenir mannequin, encore moins à fouler les podiums des plus grandes maisons (la maison Calvin Klein adore sa transparence et son franc-parler). C’est en fait un concours de circonstances soldée par une rencontre fortuite qui va faire basculer sa vie. Originaire de L.A, cette métisse androgyne a croisé Ash Stymest, jeune acteur londonien et petit-ami d’une certaine…Lily-Rose Depp, à l’arrêt d’un bus. Ensemble, ils sont partagé un joint avant que le jeune dandy, conscient de son potentiel, ne l’initie au milieu de la mode. « J’étais à un arrêt de bus à L.A. et Ash Stymest était à côté de moi et il me dit’ Oye!’ Et je suis me dit ‘Qui est-ce ?’. Il avait un joint à la main. Je lui ai dit « Yo, on fume ? Alors on s’est rapprochés et il a fini par devenir l’un de mes meilleurs amis. Ensuite Dave [Mushegain] a commencé à prendre des photos de moi. Et puis je suis venue à New York et l’agence de mannequin Lions m’a signée » Dixit la reine de la provoc. Un jeu d’ados qui finira par chambouler la destinée de cette amoureuse de kalash’ et de shots de vodka.

Thank you @itsjeremyscott for another dope ass show happy 20th year anniversary baby!🔑

Une publication partagée par @slickwoods le


Slick Woods pour Jeremy Scott

I am the strongest energy most niggas come by, don’t be afraid but aware

Une publication partagée par @slickwoods le


La version Free the nipples par Slick Woods


Calendrier Pirelli

« You used to be much, muchier… you’ve lost your muchness » @pirelli calendar 2k18 shot by Tim Walker

Une publication partagée par @slickwoods le


En mode chapelier fou pour Pirelli

TrEAT your girl right

Une publication partagée par @slickwoods le


Mère spirituelle : Madonna !

Se contre-foutre de la mode pour y survivre

FUCK CLOUT! Fuck with us cause we young, gettin’ it and creative #moschinoresort

Une publication partagée par @slickwoods le


Emmerder les rageux pour vivre en paix avec soi-même

Elle n’a ni la beauté froide des mannequins moscovites, ni une passion particulière pour la fashion Sphère. Slick Woods est une millennial qui aime s’amuser, a déjà adoubé le rap et ne rate aucune occasion pour exhiber son corps. Loin des diktats de l’industrie de la mode, la jeune femme a imposé ses formes plantureuses et son style sur les catwalks. Aucunement intimidée par ses homologues stéréotypés, Slick Woods croque la vie à pleines dents en continuant à faire du rap. La jeune femme a aussi posé pour I-D magazine ou encore pour le sulfureux Love magazine.

Un mannequin culotté, au sourire irrésistible, qui n’a pas fini de nous surprendre, voici Slick Woods, un mannequin qui célèbre la vie, sous toutes ses formes…