Le Slow-listening : nouvelle technique de relaxation ou fausse nouvelle tendance ?

Chaque jour, nous sommes littéralement bombardés par la toile de nouvelles techniques qui prônent des tendances inédites concernant entre autres le bien-être et la relaxation. Après le yoga et tous ses dérivés, la réflexologie à la lumière et autres techniques de relaxation venues d’ailleurs, voici le slow-listening !

Le Slow-listenig : quesaquo ?

Le Slow-listenig, ce nom poétique inventé par les hipsters de Brooklyn a été qualifié par ses fondateurs, et par certains magazines féminins de nouveau yoga ! Son principe vient du fait que la musique est un stimulant naturel pour la production des hormones du bien-être, et que celle-ci a indéniablement un effet relaxant ! Ces jeunes « novateurs » ( !!), fatigués du rythme effréné de la vie et du stress induit par un mode de vie hyper connecté, sont toujours à la recherche d’expériences spirituelles enrichissantes ! Ils ont donc eu l’idée de s’aménager des plages horaires totalement consacrées à la musique pour prendre le temps d’écouter un album dans son intégralité, mais attention, ce n’est vraiment efficace qu’avec du matos que qualité !

via GIPHY

Les mélomanes sont perplexes !

Face à tant de remous pour ce « nouveau » concept, plusieurs internautes se sont sentis obligé de crier au scandale ! En effet, plusieurs sont les gens qui, donnant la part belle au 4ème art, ne voient là que la seule et véritable manière d’écouter de la musique ! Quand on découvre un nouvel album, que l’on veut rendre hommage au travail d’un artiste, on écoute tout son album et puis c’est tout ! Ce qu’on pourrait alors qualifier ici de nouveau, ce serait le fait que ça porte aujourd’hui un nom !

via GIPHY

Neuve ou ancienne : une pratique qui vaut le coup !

Les règles du slow listening son très claires : en mode cocooning, seul ou accompagné, chez soi ou sur une pelouse d’un parc quelconque, armé d’un matériel audio de bonne qualité, on se choisit un album et se met en mode off jusqu’au dernier morceau. Cela oblige forcément à un lâcher prise level 10 et on se découvre emporter dans l’univers de l’artiste. Bref, s’offrir une parenthèse musicale et ne rien faire d’autre, nous on dit, tendance ou pas, c’est pas mal quand même ! On serait même tenté de dire, à quand le slow watching et le slow-eating !

via GIPHY