Sonia Rykiel, l’icône de Saint Germain !

Sonia Rykiel s’est éteinte jeudi 25 aout 2016. Elle souffrait depuis 1990 de la maladie de Parkinson et a fini par mourir de ses suites à l’âge de 86 ans. « La reine du tricot », comme on la surnommait dans le monde de la mode, va manquer à la Rive Gauche parisienne où elle avait installé sa Maison de couture.

Sonia Rykiel c’est d’abord une signature. Son premier grand succès c’est un pull over qu’elle a fait tricoter pour elle-même et qui, finalement, se retrouve en couverture du magazine ELLE en 1962. Le Poor Boy Sweater est né. Audrey Hepburn de passage à Paris s’en offre 14 de toutes les couleurs, la carrière de Sonia est lancée. C’est 1968 qu’ouvre la première boutique SONIA RYKIEL sur la Rive Gauche.

boutique-sonia-rykiel

Son style est facilement identifiable. Des couleurs sur fond noir, des messages, de la maille, des coutures apparentes et des ourlets inexistants, Sonia Rykiel bouscule un peu le monde de la mode et séduit les femmes libres et indépendantes, celles qui veulent avoir un style décalé et qui ne ressemble pas aux standards du moment. Catherine Deneuve, Jacqueline Onassis ne jurent que par elle.

maille

PARIS, FRANCE - MARCH 07:  Models walk the runway during the Sonia Rykiel Ready to Wear show as part of the Paris Womenswear Fashion Week Fall/Winter 2011 at Halle Freyssinet on March 7, 2010 in Paris, France.  (Photo by Victor Boyko/Getty Images)

Celle qui est arrivée dans le monde de la mode « par hasard », et qui dit « qu’on ne peut mener un haut train de vie sans talons hauts », n’a cessé d’innover et d’étonner pendant toute sa carrière. Elle sera la première par exemple en 1976 à lancer une collection en collaboration avec le catalogue les 3 Suisses, démocratisant les grandes créations en les rendant accessibles. On lui doit également la décoration du bar du prestigieux Hôtel Crillon.

Son inspiration, elle la puise dans les livres qu’elle adore dévorer, mais aussi dans l’art et l’amitié qu’elle partageait avec de nombreux intellectuels et artistes. Mais son souhait, c’est d’habiller la Femme, avec ses problèmes, son vécu, son quotidien. Elle disait que c’était sa manière à elle de participer à leur vie. La douleur, elle l’a connue enfant. Souvent moquée pour sa chevelure atypique et flamboyante, elle en fera finalement sa revanche en l’imposant comme sa marque de fabrique.

La relève est entre les mains de sa fille Nathalie qui appelait sa mère « Sa Merveille ».

sonia-rykiel-fille

Les hommages se multiplient depuis hier, les grands noms rendent hommages à cette femme qui a su bousculer les codes.

Sonia Rykiel n’est plus mais la légende continue. Guettons les arcs en ciel, peut être qu’elle en redessinera les rayures désormais.