Quand les stars luttent aussi contre l’anxiété

Etincelantes sur le tapis rouge, on a l’impression que les stars ont la vie parfaite. Pourtant la réalité est parfois moins glamour. Ces dernières années dans les médias et sur les réseaux sociaux, les célébrités se confient de plus en plus sans filtre sur leurs troubles d’anxiété. Un combat qu’elles mènent contre le mal-être qui les habite. Et même si on s’imagine qu’on est les seuls à être confrontés à ce malaise, il ne faut pas oublier que les stars sont avant tout des êtres humains. On est tous égaux face à la maladie.Un fléau qui a toujours touché les plus connus d’entre nous mais qui a été avant tout un sujet tabou.

Mais comment les stars se sont parvenues à nous vendre ces coming-out comme on nous vendrait un tube musical ?

Confessions d’un angoissé ou une pure stratégie commerciale ?

Chaque génération a son lot de jeunes torturés mais simplement le traitement est différent. Comment oublier la dépression qui a touché Dalida, Kurt Cobain ou encore Amy Whinehouse ? tous décédés aujourd’hui.. Seulement, eux n’ont jamais cherché à écrire leurs histoires ou même à la raconter, ils se contentaient de la vivre publiquement sans la revendiquer, quitte à la brûler par les deux bouts. C’est seulement après que s’est écrite leur légende.

En s’interrogeant sur la manière si décomplexée des confessions des stars angoissées, on pense d’abord à Britney Spears ; la première pop star à avoir mis en scène le plus remarquable des burn-out. En 2007, alors que Britney fraîchement divorcée de Kevin, traînait avec le crew diabolique Paris Hilton-Lindsay Lohan, se rend dans un salon de coiffure suivie par une horde de photographe se rase complètement la tête sous les yeux ravis des paparazzis. Britney va mal et le fait savoir d’une manière assez choquante.

Plus tard, on assiste à une série d’aveux. Un phénomène étonnant qui démocratise les troubles d’une génération ultra-connectée. En 2016, Kanye west a fait un burn-out et est victime d’une crise psychotique. Avant son internement, le rappeur a enchaîné des tweets et des déclarations déconcertantes lors de ses concerts

Zayn Malik n’a jamais caché ses crises d’angoisse depuis son départ de One Direction. Dans son autobiographie, la star se livre sur ses troubles alimentaires aux quels il a été confronté en 2014 mais aussi sur les angoisses qui l’ont frappé.

Selena Gomez aussi a traversé une de ces périodes de crises délicates. Récompensée du prix d’artiste pop-rock de l’année aux American Music Awards, elle raconte : « J’ai dû m’arrêter. J’avais tout pour moi mais j’étais complètement brisée intérieurement. J’ai tout fait pour tenir le coup et ne jamais vous laisser tomber, mais je l’ai trop gardé pour moi, au point de m’oublier. »

Zayn, Selena et Kanye ne sont pas les seuls à avoir subi ces crises, des troubles divers ont également touché Kid Cudi, Adele ou encore la très jeune Lily Rose Depp.

A peine dévoilées, de telles déclarations sur-médiatisées se likent, se sharent et se tweetent. De fait, elles sont devenues un outil de communication majeur face à une génération née un téléphone greffé dans la main.