Tendance what ze fuque : Le tatouage facial

Ce qui nous a frappé en découvrant le rappeur italien Young Signorino, c’est son visage…tatoué. On dirait qu’il était devenu une plateforme sur laquelle le jeune homme gribouillait tout ce qui lui passait par la tête. Décryptage du phénomène du tatouage facial qui prend de plus en plus d’ampleur.

Cet article pourrait vous intéresser : Ce que vous devez savoir avant de faire un tatouage

« Le tatouage facial ne choque pas tant ça »

Disait l’un des tatoueurs présents lors du dernier salon du tatouage à Paris. En effet, aujourd’hui, on remarque de plus en plus d’adeptes du tatouage facial et ce, en dehors de la sphère artistique. Se faire tatouer au visage serait ainsi la garantie « de ne pas faire de boulot de merde » dixit le même tatoueur. Mais il ne faut pas se leurrer : on vit dans des sociétés sur-institutionnalisées où l’image prédomine et où le look y a, de fait, une place prépondérante. Ce genre de tatouages pourrait ainsi avoir une double connotation : l’une positive, qui montre l’étendue de l’émancipation de l’individu tatoué des codes de la société et la seconde, plus rigoriste dans le sens où il affiche et revendique son exclusion de certaines catégories socio-économiques notamment, la bourgeoisie et ce, surtout dans des sociétés régies par le poids du regard de l’autre –comme la société tunisienne-.

Un phénomène de mode, vraiment ?

Si les tatouages petits, « mignons », sont de plus en plus affichés, les tatouages faciaux se font de plus en plus rares mais fascinent par leur caractère « électif ». Autre Young Signorino, ce sont des rappeurs comme Lil Wayne, au fort potentiel symbolique, qui l’arborent. En l’arborant, le rappeur le démocratise et « encourage », puisqu’il a un pouvoir au sein de sa communauté, ses fans à faire pareil sans se soucier des qu’en-dira-t-on. Pour faciliter cette tâche, on note depuis quelques temps la présence de tatouages éphémères, à « coller » un peu partout sur le corps, y compris sur le visage et ce, sans le moindre regret.

Et dans la mode ?

Le phénomène du tatouage facial existe depuis les années 80 et ce, grâce à des designers comme Martin Margiela et Jean-Paul Gaultier qui n’ont pas hésité à mixer faux et vrais tatouages lors de leurs collections. Voici enfin des idées ludiques de tatouages faciaux, juste pour le plaisir des yeux