Pourquoi les baskets n’ont pas pris une seule ride ?

Celle qui n’était qu’une chaussure pour faire du sport a été propulsée au rang de « must-have » ! En effet, aujourd’hui, on a tous des dizaines de « sneakers » -baskets ultra-tendance- à portée de main. Mais justement, pourquoi on est autant « friand-e-s » de baskets ?

Cet article pourrait vous intéresser : Crush mode : les sandales rétro

Sneakers et sous-cultures

On est au début des seventies et de drôles de spécimens ont fait leur entrée dans la scène musicale rock –tout en tordant le coup aux vétérans des guitares qui grincent-. Petits lascars des bas fonds new-yorkais, les Ramones déboulaient avec un skinny, beaucoup de cuir et des baskets « destroy », malmenées à souhait. Chaussure de bébé rockeur, la basket a été depuis récupérée par d’autres sous/contre-cultures : skateurs, rappeurs ou encore teufeurs, elle a fait et continue de faire le bonheur de tout le monde. Unisexe et confortable, très souvent abordable et ce, même en étant étiquetée « de luxe » puisque les grandes maisons ne jurent que par des collaborations avec des marques plus « grand public » – Adidas X Stella McCartney, Nike X Virgil Abloh, Converse X J.W Anderson, Vans Old Skoul Louis Vuitton X Supreme- les mastodontes de la mode ont bien compris que la basket était un filon très juteux.

Côté look

Du punk dégingandé en passant par le raveur frappadingue ou le rappeur balbutiant, de la It-Girl en passant par la Girl Next Door, tout le monde peut porter les baskets ! Alliée parfait d’un look excentrique, minimaliste pour les plus sobres, pop art ou d’inspiration disco, la basket se façonne  au gré de nos envies. Dernier bonus : on peut très bien la customiser –souvenez-vous de la vague emo du début du millénaire qui prônait les messages « cute et psycho » griffonnés sur les converses et les Vans !- et surtout, la porter pour aller au bureau, faire des courses ou encore, enflammer le dance floor. Preuves à l’appui.