J’ai testé pour vous une semaine 100% positive attitude !

©️ Photographié par Annie Leibovitz pour Vogue
©️ Photographié par Annie Leibovitz pour Vogue

J’ai tiré la sonnette d’alarme quand j’ai compris que crier au bout milieu de la nuit « j’en ai marre ! Ma vie c’est de la m**** ! » et que le lendemain, mon voisin hyper sexy a commencé à me regarder bizarrement genre le regard qui sous-tend qu’il a affaire à une psychopathe. Bref, devant un cas aussi désespéré, des ondes négatives qui enveniment mon bon sens et ma positive attitude, j’ai décidé de me rabattre sur mon vieux pote psy…

Description du pote psy: une pâle copie de John Lennon, accro aux tisanes, militant pour la cause animale, circulant à bicyclette… en somme,un hippie super cool et à la pointe de la mode « flower power ». Evidemment, quand il parle, il a une voix mollassonne et qui vient de très loin disons, d’une autre dimension !

« Essaie de relativiser pendant une semaine Fifi (le surnom qui a précédé le fameux Brune Patate!). Fais l’impasse sur la nouvelle technologie (what !! tu veux que je me fasse renvoyer mec ?) et surtout, évite tout contact avec des substances… douteuses (pas de mojitos ? pas de sucre ? Pas un effluve de clopinettes ? Nada.) Tu en serais capable ? » Évidemment et après moult conflits internes mais surtout, la vague impression que mon « pote » psy n’est en fait qu’un sadique refoulé, je réponds tout sourire :

« Mais tu rigoles ! J’adore les challenges ! ». Je me rends compte, a posteriori, que je suis une… mythomane doublée d’une éternelle angoissée. Bref, voici comment j’ai passé une semaine entre l’envie de me tirer une balle dans la tête et la tentation de commettre un homicide volontaire sans préméditation !

Cet article pourrait vous intéresser : 4 Phrases à bannir pour être plus heureux

Lundi:

Tout d’abord, il faut savoir que je HAIS ce verbe: « relativiser » parce qu’il reflète, à mon sens, le summum de l’hypocrisie bref, pas de clopes. Pas d’alcool et si possible une digital détox. Euh… on va m’envoyer dans un couvent, c’est ça la suite du programme? Ok, il fait beau aujourd’hui (FAUX: il fait gris avec des risques d’averses) non, il fait beau. Mon ami psy pense que si j’arrive à me convaincre qu’il fait beau alors il fera beau. Je positive donc en me prenant pour Miss Météo et je dis « fuck » à mon parapluie.

Bilan des courses: j’arrive au taffe… trempée mais je souris puisque j’en ai profité pour fredonner Singing in the rain devant une foule ahurie face à une nana qui a certainement fui de l’asile.

Je garde la gnaque: positive attitude !

via GIPHY

Euh… j’ai grillé cinq clopinettes, c’était mon petit plaisir de la journée (positive attitude ! youhou!)

Mardi:

J’ai rêvé d’un fondant au chocolat et d’une beauté grecque qui me faisait… ok j’arrête. Mon bon sens exige une ascèse alimentaire donc je fais comme Gisele Bundchen et je remplace mon éternel café/clopes/croissants/supplément chantilly par une tisane sans sucre, une pomme et des noix. Et histoire de positiver, je me dis que les noix contiennent des acides gras essentiels et qu’à ce rythme, je vais perdre ma cellulite, mes bourrelets bref, je serai la nouvelle Kate Moss en moins d’une semaine. En fait…une heure après, mon ventre commence à gargouiller. Résultat: je m’octroie une pause gourmande en grignotant du chocolat NOIR. Et comme c’est l’extase, je positive en me disant que j’ai libéré toute l’endorphine dont j’avais besoin. Positive attitude !

via GIPHY

Mercredi:

J’ai un rencart avec un mec waouh ! Je mets mes nouveaux escarpins, un jean skinny et mon chemisier griffé (of course!) sauf que rien ne se passe comme prévu: je marche sur la crotte d’un canidé/Dame Nature décide de m’offrir son fameux cadeau mensuel (aujourd’hui, sale…je positive JE POSITIVE !)/Le mec s’avère être un radin parce qu’il me propose DE PARTAGER LE DESSERT !!! Non mais ? Moi ? Partager MA bouffe ? tu dérailles mon pauvre ! On ne badine pas avec la nourriture. Enfin, avec LES DESSERTS ! Next: comment positiver après ce « blue wednesday » ? Et bien, j’essaie de regarder cette mésaventure sous un autre angle: maintenant, je peux passer à un autre mec ! Vous voyez que ce n’est pas si compliqué de dire NEXT !

via GIPHY

Jeudi:

J’essaie de tenir en évitant de checker mes mails et j’évite aussi de stalker mon ex sur FB. Sauf que là encore, ma BFF m’appelle pour me parler dudit ex (à croire que le sort s’acharne sur la pauvresse que j’étais devenue !) « Tu ne devineras jamais avec qui il sort ! Tu te souviens de R**, la bombe du lycée ? » je siffle entre les dents « tu veux RÉELLEMENT saloper ma journée » ! En vrai « Oh mais je m’en fous (mauvaise foi), il peut même se taper un top model si ça l’enchante ! » « Mais Fifi, elle a signé chez Elite, tu ne t’en souviens plus ? »

Donc, récapitulons: mon EX sort avec la future Elle Macpherson ce qui signifie qu’il a vu en moi les germes d’un mannequin (puisqu’il a les mêmes goûts que Frédéric Beigbeder en matière de nanas) ? Voilà comment on peut tirer profit de ce genre de situations ! Oui, je sais: je suis un génie !

via GIPHY

Cet article pourrait vous intéresser : « J’ai essayé pour vous » : boire 2 litres d’eau par jour

Vendredi:

Je déprime… rectification: je me fais une journée cocooning (hugge) histoire de chouchouter ma petite personne (je déprime : chut ! Tais-toi, ralala, mon côté dark est ingérable!) allez, objectif: netflix, lézarder sur mon canapé, m’empiffrer de… pommes ! et positiver (plus que deux jours. Stay Strong !) Sinon, j’ai lu quelque part que plus on résiste à la tentation et plus le lâcher-prise sera… jouissif ! Voilà, je positive. PO-SI-TI-VE !

Tout compte fait, je vais plutôt me shooter au nutella. Il faut savoir se faire plaisir de temps en temps.

via GIPHY

Samedi: le défi du clubbing:

« Un mojito pour toi ? »

« Euh…non non, un coca light. » je le dis avec une tête de déterrée, au bord des larmes « tu sais, tu as tenu presque une semaine, tu peux… »

« NON. J’ai une éthique moi! UN COCA PLEASE. Et un max de glaçons. Diet coke on the rocks. » bilan des courses: même avec le coca, je deviens pompette ! (hashtag: grisée sans alcool. Il ne manquait plus que le champomy !)

via GIPHY

Dimanche:

J’écoute La positive attitude de Lorie en boucle tout en essayant de faire taire mes mauvaises pensées (tu es un cas désespéré Fifi ! Lorie, non mais, pourquoi pas Tokio Hotel -et la boucle fut bouclée-) durch den monsun !

via GIPHY

Lundi:

Retour à la normale:

Et vengeance d’une louve au programme: j’appelle mon pote psy: « tortionnaire ! Sadique ! Je te hais ! » et raccroche aussitôt.

J’appelle mon ex (oui, j’ai gardé son numéro ET ALORS ?) « Un mannequin ? Cette nana croit encore au Père Noel ! Elle a un pois chiche à la place du cerveau non mais… »

Mon ex « J’ai bien fait de rompre. » (En fait, il a rompu parce qu’il n’arrivait à voir l’étendue de mon Génie, nuance!)

À mon pot de nutella : » Viens là, tu m’as manqué ! »

À mon voisin super mignon: » T’es libre ce soir ? » (Attitude lascive et question très suggestive)

via GIPHY

Cet article pourrait vous intéresser : « J’ai testé pour vous » : une semaine sans sucre !

Conclusion: cette semaine m’a appris à me jeter dans la gueule du loup tout en assumant mon côté boule d’énergie ! Tiens tiens, mais je vois le bon côté des choses là ! Objectif atteint donc, non ?