La toile s’offusque face à un cliché d’enfance de Léonardo Dicaprio

Acteur de grand talent, révélé en 1996 par l’adaptation rock de Roméo et Juliette (de Baz Luhrmann), Leonardo Dicaprio en a fait du chemin depuis. Si bien qu’il fait souvent parler de lui autant par ses succès cinématographiques que par ses nombreuses conquêtes amoureuses.

Mais cette fois-ci, c’est pour une toute raison que la toile s’est enflammée…

Je vous le donne en milles : il s’agit d’une photographie où on voit Léo jeune garçon sur les épaules de ses parents.

C’est sur la page « History in pictures » sur le réseau social bien connu que l’on a pu découvrir il y a de cela quelques jours ce cliché de la famille DiCaprio datant de 1976.

leonardo-famille-peit

On peut alors y découvrir les parents de l’acteur aujourd’hui âgé de 41 ans. Son père, George Dicaprio (d’ascendance italienne et allemande), dessinateur et éditeur de bande dessinée arbore une belle barbe bien fournie. Quant à sa mère, Irmelin Indenbirken (d’origine germano-russe), secrétaire juridique, elle nous laisse découvrir une aisselle…poilue…petit détail peut être, mais qui a suffit à faire oublier à bien des internautes la beauté de ce bel instant familial capturé en photo.

Et là, BAM ! La toile ne le supporte pas !

On peut lire alors des commentaires assez acerbes du genre :

« Dis Chewbacca pour voir ? »

« Mon dieu, si ça c’est ses aisselles, imaginez le reste du corps ! »

Ou encore «  Les rasoirs avaient déjà été inventés et les femmes avaient déjà gagnées le droit de se raser avant 1976 »

Bref, vous l’aurez compris, des idées qui balancent entre sexisme et mysogynie.

Heureusement d’autres commentaires sont venus à la rescousse de la maman, défendant son droit à la spontanéité et soulignant le fait que la photographie illustrait avant tout une maman aimante et heureuse, profitant d’un instant de spontanéité et d’amour avec son fils, comme elle continue de le faire d’ailleurs, à chacune de ses apparitions avec son petit garçon devenu star.

Et vous, vous seriez plutôt déconcentrés par cette pilosité à la localisation improbable ou attendris par la douce expression maternelle ?