Tunis Fashion Week jour 2 

Aujourd’hui encore, glamour, sensualité et féminité ont été à l’honneur. Si la fatigue a commencé à se faire sentir, les paillettes étaient toujours choisies comme le meilleur des remèdes pour rebooster les troupes. Les petits coups de mou ressentis lors des backstages de la fashion week s’étaient très vite dissipées sur le podium.

Cet article pourrait vous intéresser : Tunis Fashion Week, jour 1 : Que la fête commence !

Grandeur féministe

Pour célébrer la force féminine et la solidarité féministe, Soltana, Al Maha, la jeune Khadija Ben Ayed et Jihene ben Jazia, de la maison Atypik ont misé sur le volume. Froufrous, robes XXL, maximalisme quasi-outrancier ou encore couleurs rutilantes et sequins… tous les ingrédients étaient réunis pour montrer la place voire l’importance du rôle de la femme et pas que sur le catwalk. Le court s’est fait discret et a ainsi cédé la place à une exubérance voulue, témoin de la grandeur d’une femme qui aime s’amuser, faire du sport -avec notamment les pièces sportswear de la marque Fierce, petite sœur de Soltana- et affirmer son identité et son indépendance.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Tunis fashion week loading… get ready for the show ! #soltana #fierce #fashion #tfw #fashionshow #tunis

Une publication partagée par SOLTANA (@soltanaofficial) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

DAY 2 FWT ! 😎 @soltanaofficial

Une publication partagée par Eya Kamergi (@eya_kamergi) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Rainbow model ✨ #almaha #fw19 #fashionshow #beirut #disco #rainbow #jacket #dress #velvet #silk #dentelle #fabrics #combination #coutureaddict #fashionblogger @almahacouture_com

Une publication partagée par AL MAHA (@almahacouture_com) le

L’homme classy chic

Chez Maison du Tailleur, le jeune garçon cool et un brin arty se transforme en un golden boy bien propret. Point de philosophie pour cette maison mais plutôt l’envie de conserver un héritage et un savoir-faire sans pour autant passer par les « clichés ». Ici, les genres sont bien définis et on ne cherche pas à les faire bousculer, le but étant de montrer que la tradition est un présent qu’il faut bien garder. Si l’ère du sportswear semble s’éloigner, le retour du tailleur trois pièces, porté par monsieur mais pourquoi pas par madame, « nous » tente de plus en plus.

Le minimalisme asiat’

A la fin de la soirée, le « faste » fashion s’est mué en un minimalisme d’une exquise maîtrise. Basée à New-York, Novita Yunus a su stimuler nos neurones avec une collection-réflexion, autour du recyclage et de la récup dans la mode. Un prêt-à-porter dans l’air du temps et éco-friendly avec quelques touches indonésiennes, comme un rappel à son background, la collection « Indigo Macramé » nous a donné envie de découvrir l’univers Novita Yunus. Même son de cloche chez Van Hongo. La styliste japonaise a délicieusement valsé entre la culture nippone et une mode plus moderne et attrayante. Sobre et minimale, sa collection est aux antipodes de l’univers de Soltana ou de Atypik, un contraste qui nous a permis de nous évader en découvrant différentes visions de la mode féministe et masculine en une seule soirée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

thank you very much everybody for last night opening! new opening hours: tue-sat, 13pm-19pm #vanhongo #antwerpfashion #thankyou

Une publication partagée par @ vanhongo le

Coups de barre, coups de gueule, jolies découvertes et paillettes, cette deuxième journée de la Fashion Week était… très riche en émotions !