Sommes-nous en train d’assister à la fin de la « Ugly Fashion » ?

Quel est le point commun entre Pete Davidson, les Ugly Sneakers et les Dad Sandals ? Ils incarnent tous les trois la « ugly fashion » ! Repoussant, dégoûtant, importable… ce pseudo-courant mode nous a pourtant séduits ! La preuve ?  Si l’un des lecteurs de cet article n’a pas, ne serait-ce qu’une paire de Ugly Sneakers, qu’il lève la main… ou se taise à jamais.

Mais la question qui se pose, Sommes-nous en train d’assister à la fin de la « Ugly Fashion » ?

Cet article pourrait vous intéresser : Alerte mode : Sneakers, plus c’est bizarre et mieux c’est !

Soyons sérieux

Le « ugly » est un mix de kitschittude, magnifiquement interprétée par Alessandro Michele et très mal exécutée par le clan des Kardashian, d’associations bizarroïdes naissant de plusieurs revivals improbables et surtout, de beaucoup d’audace. Vus sur les podiums des plus grandes maisons : l’étalage d’imprimés mémérisants, de full combinaisons –coucou Marine Serre-, de crocs à cristaux, de sacs bananes jouissifs et de sex-appeal mal placé et post-ère Tom Ford chez Gucci. Ce qu’on en déduit ? Le « beau » dans le sens de politiquement correct est mort mais cette ode à la mocheté ne sera pas éternelle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Enhanced with the GG logo, a lineup of tweed ready-to-wear pieces from #GucciPreFall19 by @alessandro_michele. Discover more through link in bio. #AlessandroMichele

Une publication partagée par Gucci (@gucci) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

tom ford for gucci, s/s 1997

Une publication partagée par (@tumefatigues_) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Code White FutureWear Babouche available on www.marineserre.com

Une publication partagée par MARINE SERRE – FUTUREWEAR (@marineserre_official) le

La foule en colère

Après avoir expérimenté tous les aspects du dégoûtant, le client lambda se tourne vers d’autres horizons mode. N’aimant ni la monotonie ni les effets de « déjà-vu », il a oublié Demna Gvasalia et l’a remplacé par Virgil Abloh. Il a aussi été reconquit par des maisons aux codes plus « BCBG » comme Dior ou Celine tout en narguant le « bling » d’un certain Olivier Rousteing… Le consommateur fashion n’est pas féru de tendances mais plutôt de nouveautés. Et si la Ugly-attitude l’épuise et le lasse c’est parce qu’elle a été exploitée jusqu’à la lie. Logique ?

And now ?

A défaut de créer de nouveaux vêtements, les créatifs tendent vers des collections réflexives, avec un message plus humaniste. Horreur exacerbée, fin du monde et débats sur la collaspsologie ou encore célébration d’un corps hybride, masculin-féminin-pluriel… La mode a troqué ses aiguilles contre des livres de philosophie. Résultat ? Elle n’a jamais été aussi engagée et proche de son public.