Vide dressing en ligne; ce nouveau phénomène en Tunisie

A l’heure des smartphones et du savoir au bout du clic, le e-vide-dressing ou vide dressing en ligne devient un vrai fléau qui fait recette. Mordu(e) de la mode mais économe ? On vous donne les tips pour une garde robe pleine et une poche remplie.

Le vide dressing en ligne connaît ses débuts en 2008 avec la blogueuse parisienne PunkyB qui décide de créer un site pour vendre ses vêtements très peu portés ou encore neufs et qu’elle nomme « Nettoyage de printemps ». Il devient un an plus tard la plus grande plateforme du vide-dressing avec près de 400.000 articles pour 1700 marques.
Ce phénomène devient rapidement incontournable aux quatre coins du monde pour les fans de mode à petit budget.

En Tunisie, l’achat des produits d’occasion a pris une dimension croissante avec la baisse du dinar et l’augmentation sensible du coût de la vie. Outre la friperie, le vide-dressing envahit les réseaux sociaux à grande vitesse. Il semble que ce mode de consommation « collaborative » séduit un grand nombre d’internautes.  Face à la popularité et la fréquence des ventes sur le web, certains décident de créer leurs propres plateformes dédiées à la vente et la revente des vêtements.

 

Groupes Facebook ; la friperie en ligne

Encore une fois, Facebook détrône ses concurrents dans le top 10 des réseaux sociaux.
Le réseau social attire 7,100,000 utilisateurs tunisiens d’après Digital Discovery.
Ces chiffres qui contribuent à l’amélioration de la visibilité ont poussé certains à créer des groupes ouverts aux vendeurs de vêtements d’occasion en ligne.
La rédac’ a détecté le plus grand groupe Facebook en Tunisie crée par Ghozlene Ferjani, une jeune Hammamétoise. Ce groupe compte près de 90,000 membres résidents sur tout le pays.
Nommé « GC Fashionholic by Ghozlene », il a été mis en ligne le 16 octobre 2016.

 

Applications mobile ou le magasin de dépôt vente en ligne

Néanmoins, d’autres ont décidé de créer des applications mobiles spécialisées dans ce genre de pratique pour mieux encadrer la vente des vêtements.

La première application mobile du vide placard en ligne en Tunisie voit le jour en avril 2017.
Baptisée « Dabchy », cette startup vient une année après la mise en ligne du site.

Deux jeunes fondateurs, Ghazy Ketata et Ameni mansouri se cachent derrière cette plateforme professionnelle. Dans une interview donnée à Wamda, la co-fondatrice insiste sur l’utilité de l’application mobile qui, selon elle, soigne le manque d’organisation de la vente via les groupes Faceook.

Dabchy à la façon américaine e-bay, vient pour faciliter les transactions entre acheteur et vendeur.
En effet, l’entreprise propose une opération ultra sécurisée puisque le vendeur vend sur Dabchy et ne reçoit les paiements qu’une fois que le produit est livré à l’acheteur qui paie également sur la plateforme ou à la livraison. Quant à la livraison, elle se fait en partenariat avec l’entreprise Aramex. De son côté, Dabchy prend un frais de commission de 20% pour chaque transaction. Et pour plus de fiabilité, elle propose un remboursement en cas de litige entre le vendeur et l’acheteur.